Accueil -:- Congrès A.N.M.S.R -:- La journée ANMSR 2009

La journée ANMSR 2009

XXIIIème journée ANMSR

Le 15 mai 2009, Paris
Hôtel IBIS -  Porte de Clichy

LE RACHIS CERVICAL VIEILLISSANT

20 ans après, l'ANMSR organise à nouveau son congrès annuel sur le rachis cervical
Durant ces deux décennies, comment a évolué la prise en charge du rachis cervical ?
L'examen du "cou" est-il plus précis, de quels instruments disposons nous pour évaluer la mobilité et la force du rachis cervical, quelle est la particularité  de l'imagerie aujourd'hui avec en particulier l'avènement de l'IRM dynamique,  quels sont les pièges diagnostics à éviter, la camptocormie cervicale est-elle une nouvelle entité nosologique, quels sont les principes et les recommandations pour le traitement conservateur et les actualités en matière de chirurgie, quelle est la place de la réparation du dommage corporel ?

Présidence :
Pr Philippe THOUMIE,  
Dr Francois RANNOU

Coordination sientifique :
Dr Jean Claude GOUSSARD,
Dr Samy BEN DAYA

Le Comité d´Organisation est composé de :
Dr Elisette ANDRIANANJA - Dr Samy BENDAYA - Dr Patricia BLONDEL - Dr Jacques CARZON - Dr Bernard COIC - Dr Béatrice DAVENNE  - Dr Marie-Christine GOUPY - Dr Jean-Claude GOUSSARD - Dr Etienne JAUFFRET - Dr Frédérique LE BRETON - Dr Jean Luc poindessous- Dr Pascale PRADAT-DIEHL - Dr Véronique SALVATOR WITVOET - Dr Françoise SARRAZIN.


> Voir la galerie photo de la Journée 2009

> Téléchargez le bulletin d'inscription à la journée 2009

> Voir le programme de la journée




Le rachis cervical vieillissant peut être à l'origine d'une riche pathologie primitive ou secondaire, rhumatologique ou neuro-orthopédique, dont la plus redoutable est représentée par la myélopathie cervicarthrosique.
Les douleurs « du cou » ou d'origine cervicale sont souvent le symptôme inaugural. Les causes en sont multiples. Elles peuvent être d'origine traumatique vraie, microtraumatique répétée, neurologique, rhumatologique, malformative, tumorale, infectieuse, voire psychosomatique.
Le thème de cette journée est aussi riche que la diversité des tableaux cliniques que nous offre la région cervicale.
Le rachis cervical en vieillissant réduit ses diamètres et sa mobilité, il expose les éléments nobles qu'il protège à des complications neurologiques et assure moins bien son rôle statique qui lui est dévolu pour préserver l'horizontalité du regard, faute de quoi il ouvre la voie aux camptocormies.
L'arthrose cervicale, processus physiologique, est d'apparition de plus en plus précoce et d'expression parfois aiguë. Elle peut être rebelle, voire invalidante dans certains cas.
Sa mise en cause systématique devant toute pathologie est une erreur par excès, à l'inverse nous devons reconnaître son incidence sur la limitation de mobilité, dans la%20névralgie cervico-brachiale commune et dans toutes les douleurs projetées ou rapportées à distance qui lui sont imputables.
C'est de la concordance de l'examen clinique, de l'évaluation fonctionnelle, des explorations neurophysiologiques et de l'imagerie raisonnée que doivent découler le diagnostic et le traitement. Cette approche clinique très rigoureuse fera l'objet de la première partie de cette journée.
Il va sans dire que cette démarche clinique méthodique peut encore aujourd'hui, faire éviter bien des erreurs.
À cet égard, les pièges diagnostiques, parfois redoutables, seront traités dans le détail.
Parmi les traitements conservateurs, figurent les manipulations cervicales qui présentent certaines indications et obéissent à certaines règles. Les contentions cervicales sont utiles dans certaines indications de même que l'acupuncture et la rééducation qui occupe, ici, une place de choix bien développée dans ce travail.
L'indication et les techniques chirurgicales doivent être mûrement réfléchies, elles sont aujourd'hui enrichies par les techniques mini-invasives.
À défaut de la chirurgie, le traitement par infiltrations est parfois justifié.
Ces différents aspects thérapeutiques seront abordés au cours de la seconde partie de cette journée. Une large part sera laissée aux questions et à la discussion, à la lumière des expériences de chacun.
Ce thème d'actualité et très riche en enseignements est sans doute appelé à un grand développement dans l'avenir en ce qui concerne aussi bien le diagnostic que le traitement.
Il s'adresse aux médecins, aux médecins de médecine physique et de réadaptation, aux rhumatologues aux médecins généralistes, aux médecins du travail, aux médecins scolaires, et aux médecins impliqués dans la réparation du dommage corporel.

Dr J.-C. GOUSSARD & Dr S. BENDAYA
pour le comité d'organisation